JE NE VOIS QUE LA RAGE DE CEUX QUI N’ONT PLUS RIEN

Mise en page 1

UN ÉVÉNEMENT :

15 ans après s’être attaqué aux délocalisations sauvages de l’industrie textile à travers le spectacle devenu culte 501 BLUES joué par d’anciennes ouvrières de l’usine Levi’s-La Bassée, Bruno Lajara et Christophe Martin s’attaquent au fonctionnement de l’Empire Mulliez et à la globalisation économique dans leur nouvelle création, JE NE VOIS QUE LA RAGE DE CEUX QUI N’ONT PLUS RIEN.

LE POINT DE DÉPART

Le 24 avril 2013, un immeuble abritant 5 usines en confection « LE RANA PLAZA » s’écroule dans la banlieue de Dacca au Bangladesh, causant la mort de 1138 personnes avec plus de 200 disparues à ce jour. Des vêtements de marques internationales sont retrouvées dans les décombres : Benetton, Camaïeu, Primark, El Corte Ingles, et une étiquette de IN EXTENSO, la marque textile du groupe Auchan. Le groupe Auchan ne va cesser de clamer son innocence pendant des mois. C’est à partir des communiquées de presse de la multinationale que Christophe Martin et Bruno Lajara vont écrire une fiction théâtrale, afin de comprendre « le fonctionnement » d’une grande marque…

 

COMMENT ?

 

Ce projet en trois parties confrontera trois formes, trois parties, un triptyque :

 

– Un prologue « MAINS D’OEUVRES » dans lequel une ancienne ouvrière en confection du Nord de la France (Thérèse Flouquet ex-501 BLUES) nous raconte sa vie à travers un témoignage bouleversant, depuis son enfance portugaise jusqu’à la fermeture de son usine.

 

– Une fiction théâtrale « DES ROBES SOUS MES PIEDS » écrite par Christophe Martin qui nous plonge au cœur d’une multinationale française de la grande distribution « AUÇAN » et les méandres de sa communication face à l’écroulement d’une usine au Bangladesh et les répercutions de celle-ci en Europe.

 

– Un documentaire de Bruno Lajara « OPORAJEO » tourné entre la France et le Bangladesh qui pose la question de la globalisation économique dans l’industrie textile et confronte la parole de survivantes du Rana Plaza et de survivantes des délocalisations. Le texte du documentaire est dit par Robin Renucci.

 

Ces trois parties diffusées au cours d’un même espace temps, sont à la fois indépendantes et complémentaires puisqu’elles se répondent entre elles.

 

QUAND ?

 

Le spectacle sera créé les 16 et 17 Avril Centre Culturel Jean Ferrat d’Avion (62) (le 16 à 14H30 et le 17 à 20H30) et le 24 avril à 20 heures à La Maison Folie de Wazemmes à Lille(59), jour du deuxième anniversaire de l’écroulement du Rana Plaza.

 

Le 25 avril à 16 heures un débat est prévu à la Maison Folie de Wazemmes après la projection du film les Damnés du Low Cost d’Anne Gintzburger en sa présence, celle de Nayla Ajaltouni du Collectif Éthique sur l’Étiquette et d’anciens ouvriers des filatures du Nord de la France.

Publicités
Cet article, publié dans SOMMAIRE, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s